----------------- ---------- ---------- ---------- ---------- ---------- ---------- ---- 20 euros port compris---
Pierre Beloüin & P. Nicolas Ledoux
"Paint it Black"
poster 60X80 offset + sérigraphie

FRENCH PURCHASERS ONLY - (postage for this kind of product isvery expensive)

Pierre Beloüin & P. Nicolas Ledoux
Poster 60X80
Sérigraphie noire ~ texte en vernis brillant
sur papier offset
expédié en rouleau

Edité dans le cadre de l'exposition Musique Plastique
Galerie du Jour - Agnès B.
2011






Paint it Black & Back is Black

Steven Parrino et Robert Malaval sont morts - comme le punk et Blank Generation en 77. Rock, New wave, Cold wave, Expérimental, Industriel, No wave, Post-punk - écrasés dans les années 80 par les Swans, pulvérisés par Sunn O))) en 2000. La musique s’enfonce dans l’extrême ou dans le numérique : Ikeda, Oval, Plastikman, Merzbow, Maurizio, Coil… Tend vers l’abstraction, se spatialise et s’étend - déborde, devient objet - objet d’art. Dans le même temps le marché du disque s’effondre et se virtualise - la musique redevient son, perd ses fétiches, se volatilise.

Look at this box / Don't be afraid / Guess what's inside, guess what's Inside / Fears or lust, flowers or dirt / Fears or lust, flowers or dirt / What's in your head and what's in a box / What's in your head and what's in a box / Just look inside, if you dare / Take what's inside, it's what you need / Kill the doubt it will show you / What's in your head and what's in a box / What's in your head and what's in a box / The black box black box, well it's so full / Black box, black box so full of what? / So full of what? / What? ( Treponem Pal, The Black Box, 1989 ).

L’iguane noir se faufile dans la jungle luxuriante du présent, un œil pointé vers le ciel – Raw power. Recyclage à tour de bras, cannibalisme & zombies, prélèvements & concassages. On ré-écrit l’Histoire avec un temps décalé - c’était (toujours) mieux avant : plus pur, plus dur, plus… Passer à côté, rater les rendez-vous. Le présent c’est maintenant / ne jamais enfermer l’instant - le no future. On enchante, trafique et arrange le passé révolu - loosers momifiés devenus personnages V.I.P. pour hebdomadaires à souvenirs et catalogues arty : les tox sont toujours plus beaux de l’autre côté du miroir et en photos noir et blanc. La réalité du rock est terrible et la nostalgie fait le reste : Fuck-off !.

Sag nein / Nein nein nein / Negativ nein / Das Leben ist nicht bunt / Geballt gehen wir zugrunde / Sag nein / Nein nein nein / Negativ nein / Doppelnein / Drei mal nein / Aber nein / Nein nein nein / Nein nein nein / Nein nein nein / Sag nein / Negativ nein / Asyl / Exil / Hier nich und da nich / Frag mich nich ich weiss es auch nich / Aber nein / Nein nein nein / Aber nein / Hauptsache negativ nein / Negativ nein / Mit einem Schrei geht es zugrunde / Mit meinem Schrei / Sag nein / Sag negativ nein. (Negativ Nein, Einstürzende Neubauten, 1981).

33t / 31,5 cm : Design Hipgnosis, Peter Saville, Jim Thirlwell, Vaughan Oliver…
Photos, typos, illustrations - mix. L’univers musical se remplit d’images : Iron Maiden, Throbbing Gristle, Kraftwerk, Led Zeppelin, Ramones, T. Rex…Comme autant d’icones et d’univers béants imprimés sur carton pour l’éternité – du mythe en quadri. Les années 70 n’existent plus, ni les années 80, ni les années 90… Le pillage esthétique opéré par l’art contemporain s’industrialise dans les années 2000 - capitalisation, exploitation, monétisation. La quincaillerie rock est dévalisée, customisation en objets d’arts à forte valeur ajoutée par des artistes en mal d’électricité.

Well look out/ Well I’m sick / I’m so sick O / f a lot of people Tryin’ to tell me / What I can and can’t do / With my life / And I’m tired / I’m so tired / Of a lot of people / In a lot of high places / Don’t want you and me / To enjoy ourselves / Well I’m through with people / Who can’t get off their arse / To help themselves change this government / And better this society / ‘Cos it’s shit / But hold on a second / I smell burning / And I see a change / Comin’ ‘round the bend / And I suggest to you / That it takes / Just five seconds / Just five seconds / Of décision / To realise That the time Is right / To start thinkin’ about / A little…Revolution! (Revolution, Spacemen 3, 1995)

On y a cru un temps / court, en quelques exceptions : Martin Kippenberger, Christian Marclay, Tony Oursler, Claude Lévêque, Mike Kelley… L’art depuis Warhol pompe la sève et fixe les légendes / bascule l’énergie dans l’image, le factice, la fiction. Alchimie en $ pour collectionneurs frustrés de poings tendus et de guitares fracassées. Main basse sur l’underground, bien « installé » sous les néons du White Cube - No future (encore lui) bombé en noir sur mur bien blanc. Skull-ptures en diamant ou en tessons de bouteilles, t-shirt MotorDivision et Joy Head, pochettes de disques en peintures géantes clouées au mur, montagne muette d’amplis marshall… codage – décodage - encodage : Juke Box Baby, Juke Box Baby, Juke Box Baby…

Backwards, backwards / The world ended a long time ago (repeated) / It's moving backwards / It's moving backwards / It's moving backwards / Backwards, backwards / It's moving backwards / Backwards, backwards / Fuck me from behind / Fuck me from behind / Fuck me in reverse / Fuck me in reverse / Everything's backwards / Everything's backwards / Everything, everything's backwards / Everything's backwards /
Everything's backwards / I'm fine / I'm fine / I'm fucking incapable of normal emotions / Fucking incapable of normal emotions / Fucking incapable of normal emotions / Fucking incapable of normal emotions / Everything's backwards (repeated) / In fear, when false evidence appears / Real false evidence appears / Real false evidence appearing real / False evidence appearing real / It's all backwards. (Backwards, Coil, 2001).

On fossoie dans le grand cimetière muséal. Et pourtant Sonic Youth au firmament - Wild Rock Never Dies… L’art est ailleurs - disloqué, conceptualisé, planqué pour échapper à sa propre récupération - en pleine reconfiguration là où on ne l’attend pas.

Walk in silence, / Don't walk away, in silence. / See the danger, / Always danger, / Endless talking, / Life rebuilding, / Don't walk away. / Walk in silence, / Don't turn away, in silence. / Your confusion, / My illusion, / Worn like a mask of self-hate, / Confronts and then dies. / Don't walk away. / People like you find it easy, / Naked to see, / Walking on air. / Hunting by the rivers, / Through the streets, / Every corner abandoned too soon, / Set down with due care. / Don't walk away in silence, / Don't walk away. (Atmosphere, Joy division,1980).

Passer au noir / le grand noir-miroir acide. On neutralise les deux pôles. Tête plongée dans le pétrole sans respirer , machine bloquée en une pause monochrome. No Picture, No Noise. on noircit la scène. Transformer les objets et les fétiches du rock en une masse sombre, inutile et inquiétante – du bruit blanc ou noir selon. Une installation leurre en échos et boucles répétitives, une accumulation définitive, un dispositif low et tendu comme le blouson en faux cuir d’Al Jourgensen, un espace de neutralisation, une zone d’aberration pour réunir deux monstres : rock/art & art/rock. Un lieu unique et entre-deux : project room ou l’anti-chambre / chambre retournée : vidée, chambre d’écho. L’espace de l’art ne pourra jamais se muer en la scène hurlante d’une cave berlinoise électrifiée par Atari Teenage Riot, ou en un stade terrifié par la horde sauvage des fans tatoués de Metallica (100 millions d’albums vendus, circulez…). L’espace de la musique ne peut investir la courbe sensuelle de l’ARC au musée - vieille dame - d’art moderne de la ville de Paris, ou le squatt policé du Palais de Tokyo sans faillir à sa fonction de base : Hey ho, let’s go, Hey ho, let’s go. Le lieu / Le public.
Le white cube officialise et rassure / la salle de concert disparaît - Lumière de jour / lumière de nuit - silence / bruit - propre / sale….

White light, When I moved in me intween my brain / White light, White light goin' makin' you go insane / White heat, Aww white heat it tickle me down to my toes / White light, Aww white light I said now goodness knows (The Velvet Underground, White Light, White Heat, 1968).

Ici des disques - noirs, sans valeur, sans étiquette, sans cartel, sans futur. Affiches, flyers, badges, livres, laptop, revues, cd’s, dvd’s, vinyls, t-shirt, sweat-shirt - sans motif, sans héro, sans marchandise. Anonymes. Morts. Un stand aveugle et muet, un stand revenu du futur.

Now some of us are weak, and some endure / Some people live their lives with a violence
that’s pure and clean / But I saw man cry once, down on his knees / In a corner of a darkened cell, and his pain meant nothing to me / But I was younger then / Young men never die / And I walked out in the sun / I was strong, clear-minded and blind / Now don’t say a prayer for anyone / It doesn’t do any good / Please don’t ask me a question / It’d just be misunderstood / And if you could step inside me you’d feel what hatred brings / And if you saw with my eyes you’d see what self-deception means / I was younger once and I created a lie / And though my body was strong / I was self-deluded, confident and blind / Now show some pity for the weak of will / Because when we’re drinking we can never be filled / Show some understanding for the lonely fool / Because when I am drinking I am out of control / I was never young / Nothing has transpired / And when I look in the mirror I feel dead, I feel cold / I am blind / I am blind / I am blind / I am blind. (Blind , The Swans, 1996).

P. Nicolas Ledoux et Pierre Beloüin
texte publié dans le catalogue Musique Plastique Agnès B,
distribution les presses du réel


 

Peu de domaines créatifs développent entre eux des liens aussi nombreux et riches que ceux qu’entretiennent depuis toujours les arts visuels et la musique. Pourquoi devrait-on choisir entre Elvis ou Duchamp ? Certains artistes ne s’y résolvent pas et développent une pratique double.
Tout comme agnès b. qui refuse tout simplement ce choix et présente donc l’exposition collective Musique plastique à la galerie du jour ; une série de concerts/performances/ateliers/conférences.
A travers cette approche globale et pluridisciplinaire, elle propose d’appréhender les productions de ces plasticiens-musiciens (et inversement) d’un double point de vue, à la fois plastique et musical, afin de mettre en évidence leur richesse, leur diversité mais aussi leur spécificité et de mieux saisir ce qui fait d’eux des artistes un peu à part sur la scène de l’art contemporain et des musiciens pas tout à fait comme les autres sur celle des musiques actuelles.

Un catalogue/fanzine de l'exposition Musique PLastique est disponible à la librairie de la galerie du jour (29€).
28 janvier – 2 avril

vernissage le 28 janvier de 18h à 21h
44 rue Quincampoix 75004 Paris
du mardi au samedi de 12h à 19h

Alan Suicide Vega, Marc Hurtado, Sébastien Vitré
Hisham Bharoocha, Ben Vida (Soft Circle) / Maywa Denki / Serge Comte
Jean-Luc Verna / Jonas Mekas / Daniel Johnston / David Shrigley
Jason Glasser & Julien Langendorff (Pillars of Fire)
Philippe Katerine / Arnaud Maguet & Hifiklub / Aurélie Dubois
Hugues Reip, Jacques Julien, Dominique Figarella, Fabio Viscogliosi (Splitt)
Elisa Pône (Meurtre) / Elisabeth Wendelbo (Xeno & Oaklander)
Thurston Moore (Sonic Youth) / Brian DeGraw (Gang Gang Dance) / Yaya (Herman Düne)
Destroy All Monsters (Niagara, Mike Kelley, Jim Shaw, Cary Loren)
Sir Alice / Etienne Charry / Tobias Bernstrup / Le Club des Chats …
project room : Pierre Belouin, P. Nicolas Ledoux (Optical Sound)