----------------- ---------- ---------- ---------- ---------- ---------- ---------- ---------- ------- ---physical version sold out----
Pierre Beloüin & P. Nicolas Ledoux & Pascal Béjean
opticalsound numéro un

Couverture cartonnée - 244 Pages - n&br - Format 17,5 x 24 x 2cm - poids 652 Grs

ISBN 97 82821 600553 - 800 ex
Diffusion R-Diffusion
Version Digitale ABM



4,99 euros


Version epub pour tablette et ordinateur.
Paiement Paypal via Optical Sound - 4,99€
(à lire dans eBooks ou Readium de Chrome)




-----------------------
ITW france Culture L'atelier du son


Enfin, Pierre Beloüin, P. Nicolas Ledoux et Christophe Demarthe viennent présenter le n°1 de la revue Optical Sound, issue du label du même nom. Où les ondes se fixent dans des pages aux noirs et blancs radicaux. Le mieux est d'en parler. C'est ce qu'on fait ce soir.
Thomas Baumgartner



À l’occasion du lancement de la publication à la Galerie du Jour le 26 septembre,
OpticalSound occupera du 12 septembre au 26 octobre 2013 l'espace Découvertes,
avec un accrochage spécifique.
Dans la grande verrière des interventios sonores de Black Sifichi, Gerome Nox
et Christian Vialard.

espace Découvertes, Galerie du Jour, Agnès b.
44 rue Quincampoix, Paris 75004



opticalsound numéro un
Art & Musique

Ne pas situer le message entièrement d’un côté, image ou texte.
C’est à dire refuser la délivrance d’un message clair […]
il ne peut y avoir de rapport direct entre l’art et le message et encore moins si
le message est politique sous peine de se brûler à l’artifice, de sombrer.

Marcel Broodthaers, «Dix mille francs
de récompense», Catalogue-Catalogus,
Bruxelles, Palais des Beaux-arts, 1974.


OpticalSound défend un art
dégagé des contraintes de l’art.
OpticalSound revendique
un statut flou, apparaît, disparait.
OpticalSound est un outil
de propagande destiné à son réseau
et alentour.


Sommaire

paint it black & back is black
mabel tapia usages mineurs de l’argent
robert hampson & sébastien roux 30 fragments
agnès geoffray incidental gestures
valérie caradec every man and every woman is a star
sandy amerio dragooned
gee vaucher & jérôme lefèvre entretien
arnaud maguet & éric mangion coquillage et crustacé
damien beguet, p.nicolas ledoux & perrine lacroix entretien à propos de ludovic chemarin©
stephen wright opérer à l’échelle 1:1
société réaliste monotopia
pierre beloŘin & emmanuel mir entretien à propos de glassbox
wos/agence des hypothèses
gerard malanga & philippe franck pop poésie
franckdavid berliner verkehrsbetriebe
raphaële jeune instant, anomie, neutre, indétermination : l’événement au temps du bégaiement du présent et de l’innovation forcée
claude lévêque un instant de rêve
élodie lesourd
guillaume ollendorff & david sanson entretien tsé, au ralenti
laurent isnard entretien
eberhard kranemann & emmanuel mir entretien
alain declercq & eddie ladoire when you meet
éric duboys coil : love’s secret domain
thomas lévy-lasne
gerome nox discographie
v/a : your funeral soundtrack





Ni fanzine ni manifeste, opticalsound lutte à sa manière contre la standardisation des objets du monde, l’allégeance de l’information et de la critique à l’argent et aux médias.
La plupart des grandes institutions, les salles de ventes ou les galeries
internationales sont devenues aujourd’hui des trous noirs qui aspirent
l’entière surface d’expression et d’exposition. Elles imposent normes,
règles et protocoles directement liés au marché. White cube / black cube :
caisson sensoriel, espace de neutralisation et d’aveuglement.
Flux de communication de plus en plus sophistiqué et impossible à stopper :
Annonces, invitations, publireportages, newsletters, dossiers de presse…
On expose comme on achalande un concept-store, on édite comme
on copie-colle, on informe comme on tweete…

Les alternatives en faible miroir participent à la bonne conscience collective et s’épuisent à maintenir des zones encore possibles mais de moins en moins viables avant l’effacement
définitif dans l’ultra-vitesse.

Rien ne se fixe, tout se perd.

Ici nous tentons d’appuyer sur pause. Pas plus, pas moins.
Nous concevons cette édition à notre manière, avec nos qualités et nos
défauts, nos limites aussi - en toute lucidité et sans compte à rendre.
La difficulté n’est plus de penser ou de créer, mais de diffuser et de se financer. L’émiettement et la virtualisation des données participent à la mise à nu du tout et engendrent le rien. L’économie - même de survie - occupe l’espace central de l’art et la périphérie bascule dans la précarité.
Le ciel étoilé se fissure, l’étau se resserre.
L’art quitte l’art…
Un art en dehors du monde l’art…

Ce numéro est en grand écart, entre deux continents sous pression, dont la dérive et l’émancipation réciproques ne seront pas le résultat d’un séisme brutal mais d’un lent et douloureux arrachement. Nous sommes dans cette phase de transition : chaotique, complexe, angoissante, dévastatrice mais nécessaire. IN AND OUT & OUT AND IN.
Chacun doit alors interroger et repenser de façon drastique sa position, sa pratique, son écosystème et sa participation au monde de l’art.
Chacun sa foulée.

OpticalSound est une surface de
fixation, une zone de plaisir,
un développé incertain.



EN PARALLELE A LA REVUE
VINYL LP "Music For Death" (OS.061)
24 titres inédits