OS.012– CD (+Cocoon Portfolio, 12 Sleeves) ---------------- --------------Available !
Cocoon
More violent days are to come
FRANCE
EUROPE
WORLD

listen to ~ écouter / buy on ~ acheter sur












Seize mois après la sortie du premier album, éponyme, de Cocoon, le label Optical Sound présente un travail plus radical, plus sinueux.
Christophe Demarthe aka Cocoon (ex-Clair Obscur) s’engage avec conviction, dans More Violent Days Are To Come, vers une electronica dénuée d’artifices qui, réduite parfois à un minimalisme quasi-bruitiste, sait envisager une composition jouissive et non dénuée d’humour par endroits.

Ici, interviennent, dans une écoute qui se veut tant sensuelle que difficile, les références chères à l’auteur, de Georges Bataille
aux 12 feuillets des 8 triptyques constitutifs de la pochette, qui investissent les liens entre sexualité et pouvoir.

L’ alliance brillante assez rare pour être mentionnée d’un positionnement sans concession qui sait par ailleurs ne pas se prendre au sérieux.

Avec la participation de Félicia Atkinson, Jean-Guillaume Belouin, Pierre Belouin, Sylvain Chauveau, Nicolas Demarthe, Mathieu Farnarier, Bruno Lajara, Nicolas Ledoux, Léa Lescure, Jean-Louis Morgère.

Mastering : Norscq
Graphic design : Labomatic Paris



Track listing :

1-ice 2:48
2-firedamp 4:42
3 -i love poland 3:22
4 -supa 3:51
5 -music for rich hours 1:18
6 -the chain 4:35
7 -threat 1:18
8 -belgium is a piece of art 2:23
9 -the mouse and the cat 3:38
10-more violent days are to come 2:59
11-catkiller 4:8
12-do not undress me (instrumental) 2:30
13-l'oeil de chat 4:48
14-tout est là 5:36
15-you're shit 2:54
16-time one two 3:50
17-radiophonie clandestine 4:58 (based on Sylvain Chauveau track)


Press files

Official Cocoon web site
Watch some Cocoon videos

COCOON, projet solo de Christophe Demarthe (membre fondateur du groupe Clair Obscur, collaborateur du dramaturge Bruno Lajara, de Jean Couturier pour des créations radiophoniques sur France-Culture…), offre une approche originale et pertinente en transgressant avec un certain humour le cadre conventionnel de diffusion et de réception de la musique électronique expérimentale. Cocoon élabore une architecture sonore mouvante, en lien avec les projections vidéo, tissant un espace dramaturgique foisonnant, fascinant et parfois dérangeant. Sa performance dépasse d’entrée de jeu le dispositif scénique propre aux concerts de laptop music pour créer une situation impliquant la participation ponctuelle de membres du public. Le jeu en question interroge les notions de contrôle et de pouvoir, sur la frontière ténue entre sphères privée et publique.







Cocoon Photo Alexandra Lebon, Qwartz