OS.033 DELUXE DOUBLE DIGIPACK-CD + BOOKLET (ltd to 300ex)----available 20€+postage
Lionel Marchetti
Adèle et Hadrien
FRANCE + 2€
EUROPE + 3€
WORLD + 4€

LIONEL MARCHETTI BANDCAMP

Adèle et Hadrien: les ondes muettes.

Lauréat 2009
Qwartz Expérimentation / Recherche :

 ....    J’aime cette possibilité que donne la musique concrète, et dont Lionel Marchetti s’empare, de recréer le jour par la nuit.
    Au cinéma, lorsque les pellicules étaient encore de faible sensibilité, c’est en plein jour que l’on tournait souvent  les “extérieurs nuit”: une plage, un désert, une campagne. Il suffisait de mettre devant l’objectif un filtre assombrissant et bleuissant, d’attribuer les ombres sur le paysage, s’il y en avait, à la clarté de la Lune, et ça s’appelait le Day for Night. En France, on disait: la nuit américaine.
    Je dirai alors que la musique concrète illustre, dans bien des cas, le contraire, c’est-à-dire le “night for day”. C’est de la nuit acousmatique, de la non-visibilité des sources consubstantielle à cette musique, que naît le sentiment éclatant d’un peu de jour.
    Des extérieurs-jours, il y en a depuis longtemps dans la musique de Lionel Marchetti; une musique que j’aime parce qu’il y a le cosmos autour, le ciel au-dessus, la vallée parfois au-dessous, des voix en nous - ici des voix d’enfants qui nous semblent les nôtres, un horizon au loin.
    Le cosmos est mystérieux, cela veut dire non qu’il nous cache quelque chose, mais qu’il nous parle. Il parle avec des accords mouvants, comme une draperie-paysage, tout au fond, cependant que des sons-événements surgissent près de nous.
.    Dialogues, et contrastes, entre le caractère dérivant et ample des tenues lointaines - notes glissant les unes sur les autres, des plaques, des couches -  et la tension des premiers plans.
    Une petite voix humaine s’unit parfois au cosmos en chantonnant sur la même hauteur.
    À la fin, la grille d’un cimetière, quand elle grince, joint ses notes à celles du cosmos.
    Souvent, dans la musique de Marchetti, un son fouette l’air ou tombe comme un “plouf”, et nous voilà à guetter les ondes qu’il fait, mais rien au-delà de lui, dans les sons, ne bouge. Rien n’est audible de ces ondes, et dès lors, ces ondes, nous les sentons se former et se déplacer en nous, silencieuses.
    Une musique qui laisse au silence de l’espace et du temps pour nous atteindre, par ondes muettes.
    Des accès de mélancolie, de chagrin se résorbent; comment le tissu du temps se reconstitue, se retisse autour de moments qui ressemblent à  un déchirement du temps.
    ... Où vont tous les mots qui ont été prononcés (s’ils ne sont pas enregistrés, ce qui est possible depuis 1877)? Physiquement parlant, ils ne vont nulle part, ils se dissolvent. En même temps, il nous semble qu’ils continuent d’exister quelque part et tournent, dans une éternité, comme des ronds de fumée.
    Le son émis par une voix d’enfant est un ébranlement de l’air minuscule, mais une force de vie. Adèle et Hadrien met en relation deux de ces “petites voix” avec l’étendue du cosmos, qui existe  par une rumeur à la fois lointaine et présente. Des phrases arrachées au temps linéaire sont mises en révolution, certaines se répètent, est-ce le personnage qui répète le mot, est-ce le compositeur qui le met en orbite (comme le mot “doudou” tout au début). Le mot n’est-il pas le “doudou” par excellence, l’objet transitionnel absolu?            
    Deux enfants parlent, peu importe s’ils “se” parlent.
    Le son de la musique concrète, le son des voix sans l’image nous délivre du psychologisme du cinéma, lequel nous fait chercher dans les images et les visages, le contenu des âmes, le sens des paroles, et les relations entre les personnages.
    Ici, les enfants parlent, et autour d’eux les mots qu’ils disent se propagent, ils leurs échappent, les mots rêvent.    Un duo dans un mélodrame concret, cela n’a pas le même sens que dans l’opéra - ici les corps ne sont pas vus, nous ne voyons pas ce que voient ceux qui parlent, se regardent-ils en se parlant?
    Dans la plupart des mélodrames de musique concrète avec personnage, on assiste à une succession de monologues, et ainsi les personnages semblent parler au micro. Mais ici ils sont deux et ainsi se parlent l’un à l’autre, l’un de l’autre, l’un à côté de l’autre, alors je les imagine de dos ou de profil. Ou penchés comme on aime voir les enfants sur quelque chose, considérant quelque chose qui les captive. . Quelque chose de mystérieux relie ces deux êtres en devenir, avec leur mystérieux destin d’adulte devant eux, devant elle, devant lui.
    Ce mystère aussi, dans cette oeuvre: dans le mélodrame concret, quand un personnage se tait, il est toujours là. On ne peut pas le faire disparaître du champ;  en un sens, d’un bout à l’autre de cette oeuvre lumineuse et poétique, nous sommes toujours avec eux, Hadrien et Adèle, Adèle et Hadrien.

Michel Chion


Photos: Alexandra Lebon and Julien Lombardi


Adèle et Hadrien (le livre des vacances) Une musique concrète de Lionel Marchetti
en deux livres et dix cahiers 1999/2006
Musique instrumentale additive : Olivier Capparos
Graphisme : P. Nicolas Ledoux
-----
Premier livre / CD 1 - (57’10’’)
PREMIER CAHIER
À la campagne
1/ Le sommeil – Devant la cage. (8’02’’)
SECOND CAHIER
L’île au trésor
2/ Dans les jardins d’été – Pique-nique – Une partie de cache cache. (6’22’’)
TROISIÈME CAHIER
L’appel fantastique
3/ Dans la forêt ¬– En barque sur le lac – ¬On se jette à l’eau ! (7’12’’)
QUATRIÈME CAHIER
La grotte
4/ Une résurgence – La peur du noir. (5’02’’)
INTERLUDE 1
5/ Première variation sur Rondo de lie. (1’47’’)
CINQUIÈME CAHIER
Sur les hauteurs
6/ Jeux d’eau – La cascade. (4’05’’)
(premier rêve d’Adèle)
7/ Au refuge – Rêve bleu. (6’09’’)
INTERLUDE 2
8/ Seconde variation sur Rondo de lie. (2’18’’)
SIXIÈME CAHIER
Notre boum à la maison
9/ Dans les jardins d’été – La boum – Chant final avec toute la famille. (16’09’’)
FIN DU PREMIER LIVRE.

Second livre / CD 2 - (65’20’’)
SEPTIÈME CAHIER
Les bruits de la forêt
1/ Au bout du monde – Une bête – Discussion sous la pluie. (9’36’’)
HUITIÈME CAHIER
La capture
2/ Notre chanson de l’été – Attente – Les insectes. (7’22’’)
(second rêve d’Adèle)
Le voyage
3/ Les yeux clos – Petits cauchemars – Le rève du voyage au Maroc. (13’02’’)
INTERLUDE 3
4/ Troisième variation sur Rondo de lie. (2’08’’)
NEUVIÈME CAHIER Une découverte fascinante
5/ Glissades en hiver – La découverte. (10’27’’)
INTERLUDE 4
6/ Quatrième variation sur Rondo de lie. (2’13’’)
DIXIÈME CAHIER
à Pierre Bettencourt L’été
7/ Prélude – À La pêche. (11’46’’)
8/ Le cimetière – Les voix du passé. (8’45’’)


Photos: Alexandra Lebon and Julien Lombardi
-------

Lionel Marchetti est compositeur de musique concrète. Il a composé au Groupe de Recherches Musicales de Paris (INA-GRM) depuis 1993, ainsi que dans son studio personnel. Ses compositions sont éditées dans divers labels, en France et à l’étranger : Métamkine (France), Goundfault (USA), Fringes (Italie), Musica Genera (Pologne)... et diffusées en Europe par Metamkine.com
Il a également écrit deux essais : La musique concrète de Michel Chion (1998) éd. Metamkine et Haut-parleur, voix et miroir (2003) éd. Revue et Corrigé.
Pour définir sa musique il est possible de reprendre l’adage de l’écrivain Kenneth White :
" Concret ou abstrait ? J’aime l’abstrait où subsiste un souvenir de substance, le concret qui s’affine aux frontières du vide. "

Olivier Capparos est philosophe, compositeur, peintre et écrivain. Sa recherche et sa production regardent différents domaines intellectuels et artistiques

Press files
Lionel Marchetti











LIONEL MARCHETTI (Échos Flottants 2012 - Optical Sound ~ Ososphère)

ÉCHOS FLOTTANTS #18 –
THANKS TO LIONEL MARCHETTI ~
IT WAS ON 2012 DECEMBER 12 TH AT 17 P.M
ososphere.org/2012/type-evenement/echos-flottants/
PROGRAMMATION OPTICAL SOUND
optical-sound.com
Lionel Marchetti est un compositeur français de musique concrète qui se consacre tant à la composition qu’à l’improvisation (électronique, systèmes analogiques et numériques divers avec haut-parleurs modifiés…) dans ce qu’il intitule « l’art du haut parleur ». Il est également plasticien, artiste sonore et poète écrivain.  Auteur d’une riche discographie, il explore notamment « le cinéma pour l’oreille », a enseigné au CFMI de l’Université de Lyon, composé au GRM et travaille à la réalisation d’ateliers de création radiophonique pour France Culture.
 Dans le cadre d’un partenariat entre l’Ososphère et Strasbourg aime ses étudiants, Lionel Marchetti anime un workshop à destination d’étudiants strasbourgeois autour de création de pièces musicales. Ce workshop se concluera par deux croisières sonores.

LIONEL MARCHETTI BANDCAMP
spiritualarchives.blogspot.com
metamkine.com
all right reserved © Lionel Marchetti